lundi 30 mai 2016

AUSCHWITZ

1 route 46 zawercie
route 46 zawercie

1 route 46 vers Janow
route 46 vers Janow


Mon trajet du jour passera par Oswiecim puis Kracovie. J'emprunte la petite route N°46 que le guide qualifie de « route des nids d'aigle ». En fait cette route serpente dans des sous bois magnifiques mais à part les ruines d'un château à Janow je suis plutôt déçu. Comme je roule lentement la consommation du Patrol sombre à des profondeurs que je ne soupçonnais pas...

AUSCHWITZ

En 1939 la campagne d'annexion terminée, la ville d'Oswiecim ainsi que les villages se trouvant autour furent incorporés au III reich. Et le nom de la ville fut changé pour celui d'Auschwitz.

Le camps a été crée en 1940 afin d'y regrouper les prisonniers politiques polonais. Puis les nazis ont commencé à y diriger les prisonniers de toute l'Europe, pour la plupart juifs, mais aussi des prisonniers de guerre soviétiques et les tziganes. Le choix se porta sur une ancienne caserne de l'armée polonaise qui était située sur un nœud de chemin de fer mais isolée dans la nature.

Les premiers prisonniers que la gestapo envoya à Auschwitz furent 728 polonais transférés de la prison de Tarnow. Finalement le camp compta 28 bâtiments et le nombre de prisonniers oscillait entre 13 et 16.000 !

Ce camp était conçu pour être un système d'extermination.

Mais il s'avéra insuffisant et en 1942 on construisit un deuxième camp appelé Auschwitz 2 Birkenau situé à 3Km du premier. Outre cela dans les années 42-44 furent créés 40 autres camps affiliés au camp d' Auschwitz et situés notamment auprès des usines métallurgiques, des fabriques de mines où l'on utilisait les prisonniers comme main d’œuvre gratuite. Le site de Birkenau est 10 fois plus grand que celui d' Auschwitz. Il en reste les ruines des 4 crématoires, les restes de chambres à gaz, la plate-forme où les nazis procédaient à la sélection des déportés.

Ce qui est frappant dans la visite de ce camp (comme dans celui de Dachau) c'est l'esprit de système et d'organisation qui a présidé à la mise en place de ces structures énormes. Leur but était la déshumanisation des personnes qui y étaient amenées et leur extermination. Elles étaient d'ailleurs nommées « stuk » par les nazis (des choses).

La question a été posée de savoir si on pouvait se douter de ce qui se passait dans ces camps. La réponse n'est pas simple. Toutes les exploitations agricoles dans un rayon de 40KM autour d' Auschwitz avaient été rasées et leurs habitants internés ou exécutés. Le camp était protégé par une enceinte considérable. Il n'en reste pas moins qu'un industriel comme Schindler réussit à sauver plusieurs centaines de personnes. L'usine de Schindler est située à Cracovie .

C'est par la porte qui comporte l'inscription fallacieuse « Arbeit mact frei » que chaque jour les prisonniers partaient pour le travail et qu'ils revenaient 10 heures plus tard. Sur la droite un orchestre jouait des marches militaires censées faciliter le comptage par les SS et rendre le défilé plus facile.

La visite de la chambre à gaz qui jouxte immédiatement le crématoire d' Auschwitz est assurément un moment impressionnant. Les déportés y étaient entassés dans des conditions effroyables. Peut -être 2000 victimes dans une superficie de 210 M2. Au plafond il y avait des pommeaux de douche factice. Puis les nazis versaient par des conduits des cristaux de cyanure. Ils avaient transporté les bidons contenant ces cristaux dans un camion marqué de la croix rouge qui était censé rassurer les détenus jusqu'au dernier moment. Les cristaux de cyanure à la température de 27° se transforment en gaz, le ZyclonB.. Les gens mourraient en une vingtaine de minutes. Les cadavres étaient transportés dans les fours à proximité.

Le ZyclonB était produit par les usines « Degesh » filiale d'IG Farben, qui gagna 300.000 marks pour la vente de ce gaz entre 1941 et 44. Selon les études environ 20 tonnes de ce produit ont été utilisées.

Le travail et la faim étaient le lot quotidien des prisonniers. Ils souffraient de maladie et de malnutrition. Les nazis, avec ordre, comptabilisaient et photographiaient les arrivants en 1940. On sait grâce à ces documents que la durée de vie d'un prisonnier pouvait être de quelques jours à seulement un ou deux mois pour les plus résistants.

Sur les conditions de logement il suffit de voir comment se présente l’intérieur des baraques. Les détenus dormaient à six par case, y compris sur le sol. Sans oublier que ces camps sont construits sur une zone marécageuse, dans laquelle les prisonniers ont creusé des ruisseaux d'asséchement. Alors qu'aujourd'hui nous voyons des surfaces herbeuses, il faut se souvenir qu'ils piétinaient dans la boue.

Je ne saurais en quelques lignes résumer l'histoire qui s'est déroulée en ces lieux, simplement je témoigne de ce que j'ai vu et de l'émotion ressentie.




  Auschwitz 1

entrée du camp



2 entrée du camp d'Auschwitz 1
2 Auschwitz cloture electrifiée
Auschwitz cloture électrifiée
2 auschwitz allée de baraquements
Auschwitz allée de baraquements
3 Auschwitz convoi de déportés
Auschwitz convoi de déportés
3 Auschwitz le tri
Auschwitz le tri
4 Auschwitz sites d'ou provenainet les déportés -2
5 Auschwitz place où avait lieu l'appel des prisonniers

Auschwitz
ci-dessus
place où avait lieu l'appel des prisonniers
ci-contre
sites d'ou provenaient les déportés

6 uschwitz entrée de la chambre à gaz
Auschwitz entrée de la chambre à gaz
6 Auschwitz chambre à gaz
Auschwitz chambre à gaz
7 Auschwitz fours crématoires



Auschwitz fours crématoires








Auschwitz facture





8 Auschwitz facture
9 Auschwitz victimes
Auschwitz victimes
9 Auschwitz
   



Birkenau

wagon



10 Birkenau wagon
11 Birkenau entrée du camp
Birkenau entrée du camp
11 Birkenau immensité du camp
Birkenau immensité du camp
12 Birkenau baraquement des femmes
Birkenau baraquement des femmes
12 Birkenau le tri
Birkenau le tri

Aucun commentaire:

Publier un commentaire